APPEL PATHETIQUE POUR LA RECHERCHE DE SAMIR AOUIDIDDEN

Ce forum est destiné à remplacer à terme la page avis de recherche du site www.agadir1960.com

Modérateur : Raspoutine

RĂ©pondre
Raspoutine
Messages : 1444
Enregistré le : 25 sept. 2006, 13:07
Localisation : AGADIR MAROC

APPEL PATHETIQUE POUR LA RECHERCHE DE SAMIR AOUIDIDDEN

Message par Raspoutine »

Posté le: 09 Jan 2008, 16:57 . Repris le 9 juin 2008 après avoir été lu par 99 lecteurs .
Image
Le père Aouididden Mouloud qui cherchait son bébé, ci-dessous.

Image


L’histoire de Samir avait commencé le 29 février 1960 lors du terrible séisme d’Agadir qui avait coûté la vie
à des milliers de citoyens de toutes confessions et nationalités confondues. Son père Mouloud Aouididden était
fonctionnaire à la poste de Talborjt tout prés du cinéma Rex. Sa jeune maman Rabiâ s’occupait de la maison.
Ils habitaient en bas de Talborjt à l’immeuble des fonctionnaires (policiers, douaniers, postiers, pompiers etc.)
Rue des carrières . Cette rue joignable par la rue penchante Chaâba n’était pas loin de l’ancien " bourdel ". En face
de cet immeuble qu’on appelait aussi immeuble Barutel, existait toute une série de maisons basses occupées
par des familles aisées d’armateurs espagnols et portugais. Samir âgé de 18 mois environ avait perdu sa maman
enceinte, sous les dalles impitoyables du 2ème étage. Son père était gravement blessé et évacué sur Taroudant
puis à Fez pour ne se remettre en activité qu’après plus d’une année. Comme il était de la région de Khémisset
et ayant fait ses Ă©tudes Ă  Fez, il avait repris sa fonction Ă  la poste dans cette ville.
Le petit Samir indemne miraculeusement était sauvé des décombres par une famille européenne, des armateurs
voisins. Cette famille l’avait gardé puisque les parents ont été portés disparus. On savait d’après les témoignages
que le patron armateur qui avait récupéré le petit Samir, s’absentait chaque année 2 à 3 mois, peut-être le temps
du repos biologique de la pêche. Mouloud le père avait essayé lors de ses congés restreints de se déplacer de Fez
à Agadir pour rechercher son fils. Des voisins rescapés qu’il connaissait lui avaient confirmé que Samir était vivant
et récupéré par l’une des familles de pêcheurs qui habitaient en face de l’immeuble. En 1986 le postier était
décédé sans que son enquête aboutisse et emmenant avec lui les regrets de ne pas revoir son fils. Aujourd’hui
ses 4 demi-frères et soeurs vivants en France, en Suisse, au Maroc relancent la recherche et souhaitent retrouver
Samir 47 ans après le tremblement de terre.
Est-il possible de retrouver cet homme aujourd’hui ? Est-il possible de partager la joie des retrouvailles avec ces
familles ? je dirais oui ! si la chaîne de solidarité et l’aide de tout sensibiliser par ce drame, fonctionnent
et se conjuguent .On a vécu un cas pareil ici, bien que c’est la petite qui cherchait ses racines. Une femme partie
d’Agadir à l’âge de Samir, suite au tremblement de terre et adoptée par une famille américaine a retrouvé
sa maman vieillit et usée par des regrets et nostalgies de sa fille perdue. Elle a identifié et reconnu sa fille
par une marque congénitale brune sur l’une de ses cuisses.
Il se peut que Samir soit adopté par cette famille d’armateurs. Un parmi ces armateurs qui habitait Talborjt
et précisément dans le lieu décrit pourrait nous aider et nous conduire à une meilleure et délivrante piste.
Il se peut que cette famille l’ait confié à l’orphelinat des soeurs franciscaines de Taroudant.
Il se peut que cette famille l’avait confié à l’orphelinat de Montauban en France avec d’autres orphelins d’Agadir
voir le cas sur ce site en date du 14 mars 2006 de Sylvia Serres intitulé Orphelin d’Agadir.
Il se peut que Samir fût confié à une famille en Belgique comme beaucoup d’autres garçons et filles
qui sont restés dans ce pays à ce jour.
Une des tantes de l’enfant nous a confirmé que le petit Samir portait une chaîne à la main avec son nom inscrit.
Nous gardons espoir et demandons à tous les gadiris de partout en particulier les européens qui avaient habités
Talborjt avant 1960 de nous aider à créer le miracle.
Nous joignons la photo de Mouloud Aouididden père et de Samir dans les bras de sa tante paternelle.
Des suggestions ou des remarques sont les bienvenues pour qu’on puisse faire avancer cette recherche.
Merci Ă  tout lecteur qui nous a lu. Lahsen Roussafi


RĂ©pondre